Communardes – Les éléphants rouges _ Lupano & Mazel

Vents d’ouest – Glénat BD

Résumé :

Hiver 1870. Prélude de la Commune. Alors que Paris, assiégée par l’armée prussienne, subit le froid et la famine, Victorine, onze ans, passe le plus clair de son temps à s’occuper de Castor et Pollux, les deux éléphants du Jardin des plantes. Cette passion pour les pachydermes a le don d’énerver sa mère, engagée dans le mouvement des femmes qui veulent s’impliquer dans la défense de la ville. Mais Victorine est bourrée d’imagination, et elle veut être à la hauteur des ambitions de sa mère. Nourrie par les exploits des célèbres éléphants d’Hannibal, elle élabore un plan pour libérer Paris. Un plan génial, démesuré, contre lequel Bismarck ne peut rien. Un plan de petite fille livrée à elle-même dans un monde d’adultes…

Mon avis :

Les éléphants rouges, c’est une histoire douce-amère. Celle d’une jeune fille passionnée, pleine de caractère et d’ambitions alors que Paris vit des heures sombres, et que les femmes peinent à trouver leur place dans cette société en plein chambardement.
Victorine est sur tous les fronts. Elle souhaite aider sa mère à trouver de quoi se loger et se nourrir. Mais elle veut aussi aider ses amis pachydermes, les éléphants du Jardin des Plantes, promis à un triste destin alors que la nourriture manque en ville. Et, enfin, elle s’engage, avec sa bande, dans une lutte acharnée pour défendre Paris.
Victorine est jeune, et pleine d’illusions. La bande dessinée retrace remarquablement ce combat qu’elle mène avec conviction, alors que la réalité est beaucoup plus écrasante que ses rêves d’enfants.

Le graphisme et les couleurs des planches sont très agréables. Les dialogues, ponctués d’expressions d’époque, ajoutent au réalisme de l’histoire.

En bref : Les éléphants rouges est une bande dessinée qui fait passer un excellent moment et nous rappelle à notre Histoire. Forte de cette belle découverte, je pense que j’achèterai aussi les autres tomes de Communardes, afin de découvrir d’autres combats de femmes pendant la période trouble de la Commune.

Laisser un commentaire