L’envol _ Alia Cardyn

L’envol _ Alia Cardyn

février 23, 2019 1 Par clarine_bouquine

Résumé :

Chaque 27 juillet, Barnabé Quills organise une fête somptueuse dans sa propriété dominant l’océan. Cette année, la ville côtière de Black, en Californie, est en émoi. Lors de la fête annuelle, la jeune Théa Vogue a sauté dans le vide. 
Pour son troisième roman, Alia Cardyn nous plonge dans le quotidien d’une petite ville et de 27 juillet en 27 juillet, nous explique le choix de Théa. Servi par une écriture ciselée, un magnifique roman sur l’amour, la filiation, la construction de soi… ainsi qu’un de ces dénouements inoubliables dont Alia Cardyn a le secret.

Mon avis :

Encore une fois, la plume nous touche au coeur. Transpose avec habileté les fluctuations de l’âme humaine, explore nos sentiments et nos ressentiments, sans oublier de mener de bout un bout un récit attrayant.

Je ne le cache pas, j’aime Alia Cardyn. Je me suis trouvée une passion pour les romans de cette auteure, et pas uniquement parce qu’on partage la même nationalité. Ses deux premiers ouvrages m’ont bluffée et touchée (Le Choix d’une vie et Une vie à t’attendre). J’attendais celui-ci avec une grande impatience.

Dès le début, le ton est donné. L’histoire commence sur un étrange mais non moins élégant suicide. Un coup d’éclat en pleine fête annuelle. Qui est Théa ? Pourquoi a-t-elle décidé de sauter ? Nous le découvrons au fil des chapitres, avec des narrations différentes. Il y a les témoignages de la jeune fille, chaque année, avant le jour fatidique. Il y a aussi un narrateur omniscient qui nous permet de suivre les histoires et points de vue d’autres habitants de cette petite ville pleine de sentiments non dévoilés. Et les lettres que la mère de Théa a écrit à sa fille, pour l’avenir, avant de mourir.

Un enchevêtrement qui pourrait paraître tortueux mais qui suit une logique douce et belle, et nous permet de faire la rencontre de personnages multiples qui ont en commun de ne pas avoir aimé (soi, l’autre…) comme ils auraient dû ou pu.

L’envol est une fresque cousue d’un fil que j’aime : le ton et la fluidité d’Alia Cardyn, et qui m’a surprise, une fois encore, par une fin inattendue.

Je dis bravo! Et j’attends déjà de pouvoir découvrir le suivant 😉

Merci Alia pour votre gentillesse, toujours à répondre aux messages. Et aux éditions Charleston de permettre à cette jolie plume d’être lue du plus grand nombre.

J’achète ce livre !