Les douze portes dans la maison du sergent Gordon _ Georges Makana Clark

 – Le Livre de Poche – Sélection de mars du Prix des Lecteurs – 

Résumé : 

Voici l’histoire d’un homme qui commence par la fin, et l’histoire d’un pays qui connaît un nouveau départ. La Rhodésie devient le Zimbabwe. L’homme est le sergent Gordon, dont la dépouille repose enfin en paix. De profundis s’élève le récit de son existence, à rebours : les années en enfer dans la prison d’une mine de cuivre, l’armée et la guerre dans un pays ensorcelé, l’adolescence rebelle entre les murs d’une institution religieuse pour délinquants, l’initiation, la naissance, le secret des origines…

 

Mon avis : 

Voilà une lecture qui sort de l’ordinaire ! Les douze portes dans la maison du sergent Gordon est un roman construit à rebours, les amateurs d’originalité seront servis. A condition cependant de rester bien accrochés et attentifs. 

L’histoire commence par la fin, au fond d’une mine, où Gordon trouve la mort. Les chapitre suivants racontent chacun un souvenir de sa vie. Des histoires qui pourraient se lire de façon quasi indépendante, mais qui restent liées. Et forcément, quand on cherche le lien, c’est là que ça devient un peu plus compliqué. Plusieurs fois, je suis revenue sur des pages précédentes pour comparer les dates des événements et essayer d’avoir une vision d’ensemble construite. C’était peut-être à éviter car on perd un peu le fil en faisant ça. 

Ce roman est curieux en tous points. La construction narrative n’est pas la seule à surprendre. Le livre regorge de personnages étonnants, à la lisière de l’étrange. Chaque chapitre a son lot de personnalités fortes. 

Grodon est le témoin d’un pays en guerre, qui se construit dans le sang et la violence. De la Rhodésie au Zimbabwe, c’est tout un pan de l’histoire (méconnue pour ma part) africaine qui ressort de ce roman. C’est aussi une saga familiale et un roman d’apprentissage… Beaucoup de choses passionnantes mais peut-être trop d’un coup. 

En bref : la lecture de Les douze portes dans la maison du sergent Gordon peut s’avérer aussi laborieuse qu’agréable… Tout dépend du lecteur. Personnellement je ne suis pas totalement convaincue mais je suis certaine que ce livre peut plaire aux lecteurs en quête de différence, de caractère, d’étrange… 

 

Lu dans le cadre du Prix des lecteurs, ce roman ne sera probablement pas mon choix pour le mois de mars, je ne pourrais pas non plus choisir La Mélodie familière… qui m’a laissée de marbre. Ne me reste plus que Le Dernier des nôtres, actuellement en lecture et, qui, je l’espère, me séduira plus que ses prédécesseurs. 

 

Laisser un commentaire