Jeu de massacre à Berlin _ Elisabeth Herrmann

 – Slatkine & Cie – 

Quatrième de couverture : C’est “La Vague” revisité par Connelly” (RTL)
Joachim Vernau, avocat désabusé et sans le sou, est invité à donner des cours de plaidoirie dans un des lycées les plus chics de Berlin pour arrondir ses fins de mois.
Mais quelques jours après sa prise de fonction, l’une des élèves disparaît dans des circonstances obscures.
Au même moment, il s’aperçoit que tous les élèves s’adonnent à des jeux macabres, et commencent à recevoir de mystérieux SMS d’une certaine « Reine noire ».
Joachim va se retrouver à enquêter, bon gré mal gré, sur cette disparition et sur ces pratiques estudiantines pas si bon enfant…

 

Mon avis : 

C’est toujours avec grand plaisir que je réceptionne et lis les ouvrages issus des éditions Slatkine & Cie. J’y ai eu de très très belles découvertes (La fin de la solitude, Ô vous Sœurs Humaines ou encore Je couche toute nue). Jeu de massacre à Berlin est le premier thriller que je lis édité chez eux, et aussi de manière plus générale le premier thriller depuis un petit moment. Adepte du genre dans mon adolescence, je n’en lis plus que très occasionnellement pour le moment. 

Mon avis sur Jeu de massacre à Berlin peut donc ainsi être un peu faussé par ma perte d’habitude de ce genre littéraire. 

Globalement, à propos de l’histoire, j’ai beaucoup aimé la thématique. Un lycée d’enfants de bonnes familles, une classe un peu particulière sous l’emprise du souvenir d’une élève décédée. Des jeux de rôles GN qui semblent déraper…. L’univers installé par l’auteur est plutôt idéal (et ayant moi-même un petit côté geek, j’ai beaucoup aimé l’aspect jeu de rôle, que je n’ai pas croisé dans beaucoup de lecture jusqu’à maintenant).  

Au niveau de l’intrigue, elle est plutôt bien ficelée (impossible de se douter de qui est derrière tout ça jusqu’à la fin) mais j’ai été par moment perturbée par quelques incohérences… Je ne sais pas si c’était de réelles incohérences ou des distractions de ma part, mais certains passages m’ont déroutée. 

Sinon, j’ai apprécié le second degré de Joachim Vernau, mais ai regretté certains passages (notamment avec sa mère), qui n’apportent pas grand chose à l’histoire et m’ont paru plutôt longs. 

En bref : j’ai tout de même apprécié cette lecture que j’ai trouvée divertissante mais ai néanmoins l’impression d’être passée à côté de quelque chose. Je pense qu’il va me falloir lire plus souvent des livres policiers pour me réhabituer et mieux les savourer =) 

Un grand merci aux éditions Slatkine & Cie qui continuent de me faire confiance et de me faire découvrir de multiples lectures de tous univers. Un régal ! 

 

 

One Comment

  1. Pingback: Avis lecture : Chimaeris - Eric Tourville - Slatikine et Cie

Laisser un commentaire