Même pas morte

Même pas morte _ Sibylle Claudel (Grasset

Quatrième de couverture : «Le vide s’empare de moi. Vertigineux. Je n’ai qu’une hâte, me rendormir. Je dors, juste pour ne pas mourir. Et pourtant, le plus terrible, c’est que j’ai envie de vivre.»
Sibylle Claudel est une jeune femme gracieuse, souriante, qui montre un bel appétit de l’existence. Elle est comédienne, on l’a même vue s’amuser en présentant la météo sur Canal Plus. Ce sont les apparences, du moins. Sait-on de quelles blessures elle a triomphé ? On croirait un conte de fées à l’envers, un Sans famille de notre époque, le récit d’une éducation sauvage. Sibylle est passée d’un foyer d’adoption au trottoir, d’un toit de fortune à la petite délinquance. Elle n’a jamais connu l’enfance. Elle n’aurait pas dû en sortir.
Son livre est une leçon de bravoure. Sibylle, même pas morte. Bien vivante.
Née en 1969, Sibylle Claudel est comédienne. Même pas morte, écrit avec la collaboration de Christophe Tison, est son premier livre.

 

Chronique : 

Quel titre bien choisi ! Et quelle belle qualité d’écriture. Sibylle Claudel, signe ici une autobiographie où la simplicité des phrases donne toute leur puissance aux sentiments et émotions qui la tourmentent toute sa vie.

En effet, l’actrice revient de loin. Dès son plus jeune âge la vie l’afflige… La misère, la mort d’un frère, l’abandon, l’errance… Rien ne lui est épargné. Mais Sibylle tient à la vie, elle s’accroche, use de son charme et de son culot pour se faire une place dans la société. Pour exister, même si le destin continue de s’acharner sur son entourage et sur elle.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, courte mais intense du début à la fin. Les sentiments sont exposés à nu, sans fioritures, ils s’enchaînent et nous tiennent en haleine si bien qu’il est très difficile de refermer le livre avant la fin !

C’est typiquement le genre de livre que j’adore ! Je recommande 😉

Désolée pour la brièveté de cette chronique mais certains livres ne nécessitent que d’être lus pour être appréciés et justement jugés.

 

 

 

One Comment

Laisser un commentaire