Les prisonniers de la liberté _ Luca Di Fulvio

Les prisonniers de la liberté _ Luca Di Fulvio

septembre 11, 2019 0 Par clarine_bouquine

Résumé de l’éditeur : 

1913, trois jeunes gens embarquent pour l’Argentine. La rebelle Rosetta fuit son village italien. A la mort de ses parents, harcelée, elle n’a eu d’autre choix que d’abandonner sa ferme. Rocco, fier et fougueux jeune homme, laisse derrière lui sa Sicile natale. Il refuse de se soumettre à la Mafia locale. Raechel, petite juive russe, a vu sa famille décimée dans un pogrom. Elle n’emporte avec elle que le souvenir de son père. Le nouveau monde les réunira.

Après New York, Luca Di Fulvio nous emmène à Buenos Aires. Un parcours semé d’embûches, où amitié, amour et trahisons s’entremêlent…  Un grand Di Fulvio.

Mon avis : 

Déracinés de leurs terres natales par la force du destin (et de leurs caractères à tendance rebelle), Raechel, Rocco et Rosetta débarquent dans un Buenos Aires en plein essor. Dans cette ville nouvelle, où chacun cherche un nouveau départ, ils apprendront vite que contrairement à ce que l’on pense, ici rien n’est différent du vieux continent, certaines situations sont même bien pires.

La mafia sévit, les femmes ne semblent avoir que la prostitution comme option, l’exploitation des âmes et la violence oppressent chaque ruelle, de chaque quartier. Mais nos trois héros refusent de s’y soumettre. Ils sont la lumière dans cette fourmilière assombrie par la crasse et le vice dont l’auteur ne nous épargne rien, quitte à nous laisser le coeur au bord des lèvres.
Les prisonniers de la liberté retrace leurs épopées personnelles, les chemins de ces personnalités uniques vont se croiser, tissant une aventure unique, passionnante, entraînante.

Les prisonniers de la liberté est un roman riche. Un sacré pavé même, mais que l’on dévore sans en perdre une miette. Sans perdre de temps. Sans reprendre son souffle, dans un contre-la-montre pour la liberté. On finit les presque 700 pages essoufflés, mais heureux, car, comme à son habitude, Luca Di Fulvio a tenu toutes ses promesses.

Bref, ça sort le 12 septembre en librairies, et c’est chaudement recommandé pour occuper agréablement un de ces longs week-end d’automne qui s’annoncent. Sortez plaids et boissons chaudes et laissez-vous porter.

Merci à la team Slatkine & cie pour cette merveilleuse lecture.