Les Derniers Jours de Rabbit Hayes _ Anna McPartlin

Les Derniers Jours de Rabbit Hayes _ Anna McPartlin

mai 11, 2021 1 Par clarine_bouquine

Chronique

Rabbit Hayes va mourir. Son cancer ne l’a jamais lâchée, et il va gagner. Elle est admise dans une maison de soins palliatifs. De là, entourée de sa famille et de ses amis, elle vivra ses derniers jours.

Ce roman profondément triste, dramatiquement beau, nous fait entrer dans le cercle familial de Rabbit. Une famille comme toutes les autres, avec ses parcours de vie pas toujours droits, ses coups de gueule, ses inquiétudes et sa boule d’amour.
Et nous, lecteurs, devenus membres de cette famille, ressentons les mêmes choses que chacun face à l’inéluctable. Le déni, la colère, la tristesse profonde, les larmes qui montent. Et puis les moments de légèreté, où un rien nous fait rire et sourire, soupape dans ce moment lourd.

Nous accompagnons chaque personnage dans ces derniers jours. Les derniers jours d’une fille, impensables pour Molly et Jack, prêts à tout pour la guérir. Les derniers jours d’une mère, inconcevables pour Juliet, sa fille, qui l’a toujours accompagnée dans la maladie et refuse de penser que cette fois-ci le combat est perdu.
Les derniers jours d’une sœur, d’une amie, d’une tante… 
Chacun avec ses réactions, ses douleurs, ses espoirs, et sa volonté de faire au mieux.
Il y a cette farandole attachante de personnages, et au centre, dans ce lit, Rabbit. Rabbit qui, dans son sommeil, remonte le temps et revit sa plus belle histoire d’amour avec Johnny. Le seul qui ne soit pas là, à son chevet.

Je ne pensais pas, en ouvrant ce livre, éprouver autant d’amour et d’affection pour cette famille pleine de caractère. Je connaissais le topo, je savais ce qu’il en serait, mais je ne pensais pas que mon coeur serait aussi bien malmené.
Je n’ai pas eu la sensation d’être dans un roman qui use du pathos. Je n’ai pas eu l’impression que dévorer ces plus de 400 pages d’une histoire sans suspense soit une curiosité malsaine. C’est une expérience de famille à laquelle le lecteur se greffe sans même s’en rendre compte. 

Je suis ravie que @manonlit_et_vadrouilleaussi ait proposé Les derniers jours de Rabbit Hayes dans nos choix de lecture commune. Je ne serais pas allée spontanément vers lui en libraire. Je serais passée à côté de quelque chose !

Résumé de l’éditeur

Neuf jours. C’est ce qu’il reste à vivre à Mia Hayes, surnommée affectueusement « Rabbit ». Neuf jours, après plusieurs mois de combat – parce que Rabbit est une battante, une Irlandaise bien trempée.
À son chevet, famille et proches se relaient en un joyeux ballet de souvenirs. Entre silences, gaffes et fous rires, toute la vie de Rabbit ressurgit alors : l’enfance, l’adolescence, Johnny son grand amour, et Juliet, sa fille de 12 ans – une certaine idée du bonheur… Au fil des jours, tous s’interrogent sur leur vie et accompagnent Rabbit dans un voyage émotionnel d’une grande intensité. Quel meilleur bagage pour partir vers la lumière ?