Ouragan 

Ouragan _ Laurent Gaudé (Éditions Actes Sud) 

Quatrième de couverture : « A La Nouvelle-Orléans, alors qu’une terrible tempête est annoncée, la plupart des habitants fuient la ville. Ceux qui n’ont pu partir devront subir la fureur du ciel. Rendue à sa violence primordiale, la nature se déchaîne et confronte chacun à sa vérité intime : que reste-t-il en effet d’un homme au milieu du chaos, quand tout repère social ou moral s’est dissous dans la peur ? Seul dans sa voiture, Keanu fonce vers les quartiers dévastés, au coeur de la tourmente, en quête de Rose, qu’il a laissée derrière lui six ans plus tôt et qu’il doit retrouver pour, peut-être, donner un sens à son existence… Dans un saisissant décor d’apocalypse, Laurent Gaudé met en scène une dizaine de personnages qui se croisent ou se rencontrent. Leurs voix montent collectivement en un ample choral qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort. Roman ambitieux à l’écriture empathique et incantatoire, Ouragan mêle la gravité de la tragédie à la douceur bienfaisante de la fable pour exalter la fidélité, la fraternité, et l’émouvante beauté de ceux qui restent debout. »

  

Chronique : 

Dans cet incroyable roman, les récits se mêlent, s’entrecroisent, tout comme le destin de ces êtres qui se révèlent alors que la Nouvelle-Orléans subit la colère du ciel. Plus l’ouragan approche, plus les témoignages sont brefs, entremêlés, puissants, à l’image des vents qui ravagent la ville. 

Je n’avais jamais lu de romans de Laurent Gaudé et j’avoue avoir été impressionnée par la façon dont il a construit ce roman. Je n’avais jamais lu quelque chose de semblable. D’un paragraphe à l’autre, parfois même dans la même phrase, plusieurs narrateurs se partagent l’espace. Cela donne un rythme unique à cet ouvrage, et donne au lecteur un sentiment d’urgence, le même que doit ressentir chaque personnage.  

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, qui se dévore en peu de temps et laisse une jolie trace derrière elle. Je regrette seulement un aspect, un peu « too much » à mon goût. Celui des crocodiles, notamment le passage au cimetière (je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler les potentiels futurs lecteurs). Alors que l’ensemble du récit est dans le réalisme et dans l’analyse de l’humain confronté à lui même, les crocodiles apportent un côté post apocalyptique que j’ai trouvé en décalage avec le reste. 

Hormis ce léger regret, je suis tout à fait ravie de cette lecture conseillée par ma maman, que je remercie !!! Je pense lire d’autres livre de cet auteur, notamment Eldorado dont j’ai eu de bons échos. Si vous avez d’autres titres à me conseiller ou me déconseiller je prends volontiers !  

3 Comments

Laisser un commentaire